Quel meilleur moyen pour comprendre les tenants et les aboutissants de la monnaie libre et du système monétaire actuel que de les expérimenter par le jeu ? C’est ce que nous propose le Ğeconomicus, un “jeu de société” grandeur nature qui simule un système économique sur 80 ans d’existence. Il permet de découvrir l’influence de la création monétaire sur les échanges. Les joueurs y achètent et vendent des valeurs économiques dans le but d’en créer de nouvelles. Il est possible (et c’est même là tout l’intérêt du jeu) de tester et comparer différents systèmes monétaires (troc, SEL, Monnaie dette type Euro, Monnaie libre…).

Très récemment, la journaliste Léa Ducré du journal Le Média a réalisé un reportage sur le Ğeconomicus organisé par la Toile Francilienne le 20 janvier 2018. N’hésitez pas à visionner ce reportage pour en savoir plus sur le jeu.

Les règles en bref

Une partie de Ğeconomicus se joue en 10 tours. Chaque tour simule 8 ans d’activités économiques. La durée d’un tour est fixée en début de jeu et dure généralement entre 5 et 10 min maximum. Il faut alors compter environ 2 heures pour une partie complète. Comme il est plus intéressant de jouer 2 parties afin de comparer 2 systèmes, il est préférable de prévoir la journée pour profiter pleinement de l’expérience.

Le but du jeu est de s’échanger des valeurs afin d’en créer de nouvelles. Il existe 4 types de cartes valeurs facilement distinguables (par couleur), représentés ci-dessous. Sur la face des cartes est indiquée une lettre de l’alphabet (de A à M).

Cartes valeurs utilisées dans la version “Révolution” du Ğeconomicus (recto en haut, verso en bas)

Chaque couleur représente un type de valeur (alimentation, culture, énergie, transport). Au début du jeu, seules les cartes “alimentation” (cartes rouges) sont disponibles et chaque joueur pioche 4 cartes rouges au hasard. Le joueur doit alors trouver 4 cartes valeurs identiques (ex : un carré de A rouge) parmi les autres joueurs en effectuant des échanges, pour créer une valeur “culture” (jaune). De même, lorsque le joueur a trouvé quatre cartes jaunes identiques, il peut créer une carte valeur “énergie” (verte) et ainsi de suite…

Pour parvenir à réunir des carrés de cartes valeurs, il est nécessaire de réaliser des échanges. Si le système étudié est un système monétaire, des cartes billets sont introduits dans le jeu. Il existe 4 types de billets différents. Ainsi, par exemple, si le prix d’une carte valeur alimentation en début de partie est de 2 billets rouges, un joueur doit échanger deux billets rouges contre une carte valeur rouge (le prix fixé par valeur est fixé par l’équipe animatrice en début de partie et peut varier d’un jeu à l’autre). Comme pour les cartes valeurs, il existe une hiérarchisation de la valeur des billets : 2 billets rouge valent 1 billet jaune, 2 billets jaunes valent 1 vert…

Cartes billets

Il est d’ailleurs désormais possible de remplacer les billets par des jetons pièces Ğ1 ! (payables en Ğ1 qui plus est).

Pièces de jeton Ğ1 obtenus par impression 3D

Le renouvellement des générations

Afin de réaliser une simulation réaliste, le renouvellement des générations est également représenté pendant le jeu. Ainsi, chaque joueur commence la partie à un certain âge (un multiple de 8 ans, choisi aléatoirement). L’espérance de vie est fixée à 80 ans, ce qui signifie que lorsqu’un joueur atteint cet âge, il meurt. Ses valeurs accumulées sont comptabilisées et au tour suivant, le joueur renaît en partant de zero. Le renouvellement des générations est donc pleinement simulé pendant le Ğeconomicus !

Différences entre les systèmes monétaires dans le jeu

En résumé, nous pouvons décrire rapidement ce qu’implique le système monétaire sur la façon dont se déroule le jeu. Les deux principaux systèmes monétaires testés sont généralement la monnaie dette et la monnaie libre :

  • Dans une partie “monnaie-dette”, un joueur fait son apparition (joué par un animateur) : le banquier. C’est lui qui gère la création de monnaie, en accordant des crédits aux joueurs qui en font la demande. De même, au début de la partie, quelques billets sont distribués à certains joueurs, à discrétion de l’animateur, représentant ainsi le poids de l’héritage (variable suivant les individus) dans l’économie.
  • Dans une partie monnaie libre, il n’y a plus de banquiers. La création monétaire est assurée par la “distribution” (co-création monétaire symétrique dans le temps et l’espace précisément) d’un Dividende Universel en début de chaque tour.

Ces différences dans le modèle économique peuvent impliquer des changements de comportement chez les individus. Mais pour découvrir ces différences, le mieux est d’expérimenter le jeu par soi-même !

Alors vérifiez régulièrement l’organisation d’événements Ğeconomicus près de chez vous (pour l’Île-de-France, voir ici) et rejoignez la partie !

 

Les règles du jeu détaillées

http://geconomicus.glibre.org/rules.html

Les règles du jeu suivant les systèmes monétaires

Pour en savoir plus

http://geconomicus.glibre.org/

Vidéos

Parce qu’une bonne vidéo vaut mieux qu’un long discours, voici une courte vidéo présentant le Ğeconomicus (3 min).

Les comptes rendus vidéos déjà publiés

Le compte-rendu du Ğeconomicus organisé à Montreuil en Avril 2017